L’expérience pour l’expérience

Le digital, la mort annoncée du magasin physique, le rebond, le retour au client, à l’expérience client et finalement l’omnicanal.

C’est, en très simplifié, ce que l’on pourrait retenir du parcours du commerce ces dix dernières années.

Aujourd’hui les marques rivalisent de créativité pour créer des expériences clients extraordinaires afin de vendre des produits ou des services.

Mais voilà que depuis quelques temps on voit fleurir des marques qui vendent de l’expérience.

La finalité est l’expérience en elle-même et non plus le produit relié à celle-ci.

L’acquisition et la consommation de produits ne sont aujourd’hui plus la seule manière de consommer. La possession n’est plus une fin en soi, elle ne suffit plus. L’accumulation ne satisfait plus. En tous cas, pas tout le monde. Certains sont à la recherche de plus, de mieux, de plus durable et de plus profond. Ils veulent acheter quelque chose qui fera partie d’eux.

Ces nouveaux acteurs du retail l’ont compris. Leurs clients ne repartent pas avec des sacs griffés pleins, c’est leur esprit qui s’est rempli.

 

Qui sont ces nouveaux arrivants dans le paysage retail ?

Ils sont souvent issus de culture anglophone et répondent à une tendance qui s’étend largement, celle du bien-être.

Sous des formes différentes, ils proposent des moments de bien-être, de réflexion, de méditation et des cours d’à peu près tout.

Si vous vous rendez chez Seymour+, vous accédez, pour 7€ et pour une durée illimitée, à un espace conçu pour favoriser la réflexion, le retour sur soi, l’apaisement, voire la méditation.

L’idée de départ de ce projet initié par Melissa Unger, franco-américaine, est le retour sur soi.

Melissa avait pour intention de « créer un projet qui aiderait les individus à rester connectés avec leur créativité, intuition et imagination dans un monde frénétique de plus en plus dominé par la technologie ».

Ce projet, pourtant à but non lucratif, n’est pas loin de ce que l’on voit aujourd’hui dans le commerce. Si les marques mettent le client au cœur de leurs stratégies et de leurs réflexions après des années à l’avoir, si ce n’est délaissé, négligé, c’est parce que c’est ce que tout le monde attend. Tous âges, sexes et pouvoirs d’achats confondus, qui ne rêve pas d’être au centre ?

School of Life a une approche un peu différente. Venu d’Angleterre, ce projet créé par Alain de Botton (Philosophe) il y a 5 ans, a été importé en France il y a 1 an et demi par Fanny Auger.

Cette école promeut « l’intelligence émotionnelle avec l’aide de la culture ». Au programme cours de conversation, cours de yoga, conférences : « Comment trouver le job de ses rêves », « Améliorer la confiance en soi », « Comment faire des choix » et autres cours de philosophie.

Et les adeptes sont nombreux. Déjà 6000 personnes ont participé à ces sessions et une chaîne YouTube réunit  58 000 abonnés et 33 millions de vues. Cette école-boutique « ouvre des portes et des fenêtres aux élèves ».

L’idée déclencheur de ce philosophe-businessman ? Ses parents. Riches, cultivés avec des enfants et pourtant malheureux. Stéréotype des populations des pays riches qui malgré l’argent vont mal. Dans les années 90, ces mêmes populations ont accumulés de nombreux biens : high-tech, mode, voitures… et pourtant, un goût d’insuffisant, d’incomplet. Et si le bien-être n’était pas dans la consommation mais dans le ressenti, dans l’expérience vécue ?

 

Et le business ?

Il n’a pas été oublié. Pour ce deuxième exemple comptez quand même 159€ le cours d’accession au bonheur avec boutique de produits dérivés.

Mais la question est : d’habitude qu’avez-vous  pour 159€ ? Combien de temps cela vous rend-il heureux, satisfait ?

Beaucoup ont du répondre : « pas assez longtemps », car les cours sont complets ! Avec un succès particulier pour « comment trouver le job de vos rêves »…

Pour ça, nous aussi on peut vous aider !

C’est en tous cas un très gros challenge pour les marques que d’être emphatiques, à l’écoute, voire de précéder  les attentes et les besoins des consommateurs. Mais ce serait les sous-estimer que de penser qu’elle ne le savent pas déjà. On voit déjà fleurir dans quelques-une d’entre elles des « responsables du bonheur »…

 

 

Seymour+

41, boulevard de Magenta - 75010 Paris

Capture d’écran 2016-03-30 à 11.33.11 

School of Life

28, rue Pétrelles – 75009 Paris

PHOTO 3